Enjeux religieux

La datation, au service de la religion ?

Les avancées scientifiques qui ont permis une datation des roches, objets ou phénomènes antérieurs aussi précise, et la datation en elle-même, ont un impact considérable sur la population et les mentalités. Nous pourrions citer Galilée qui a mis en lumière que la terre est ronde et non plane (comme l’Eglise l’avait décrété), l’évolution de Darwin ou encore l’imprimerie de Gutenberg …

La datation d’objet religieux, permet de donner une date précise aux reliques (en général au siècle près) et appuyer ainsi l’existence de ces personnages historiques de grande importance pour la religion. Elle peut aussi affirmer que certains objets ne sont pas d’époque pour rendre toute  contrefaçon impossible.

L’exemple des reliques de St Jean Baptiste

Jean le Baptiste, plus connu sous le nom le nom de Saint Jean-Baptiste, est le prophète qui a annoncé la venue  de Jésus de Nazareth et l’a désigné comme l’« agneau de Dieu ». Il lui a aussi donné le baptême sur les bords du Jourdain. Jean le Baptiste apparait aussi chez les musulmans et est le prophète principal de la religion mandéenne.

Aujourd’hui, nombre d’église prétendent détenir des reliques de Saint Jean -Baptiste mais peu ont été avéré.

Le Figaro, le 15 juin 2012 :

« Août 2010: sur l'île bulgare de Sveti Ivan, en mer Noire, des archéologues déterrent un petit sarcophage de marbre en fouillant sous une église antique. À l'intérieur de celui-ci, quelques ossements d'animaux, mais surtout une phalange, une dent et la face avant d'un crâne. En se basant sur plusieurs indices, mais sans pouvoir l'affirmer de manière scientifique, ils déclarent être persuadés que ceux-ci appartiennent à Saint Jean-Baptiste. Après tout, le nom de cette île ne signifie-t-il pas littéralement «Saint Jean»?

Thomas Higman et Chistopher Ramsey, des scientifiques de l'université d'Oxford, confirment que ces ossements correspondraient, si ce n'est à Saint Jean-Baptiste lui-même, tout du moins à la période durant laquelle il aurait vécu. C'est ce que leurs analyses de datation par le carbone 14 ont révélés: «Nous avons été surpris que la datation aboutisse à un âge aussi avancé. Nous avions pensé que les os étaient plus récents que ça, peut-être du IIIe ou du IVe siècle. Néanmoins, les résultats sont vraiment cohérents avec quelqu'un ayant vécu au Ier siècle». Prudents, les deux scientifiques précisent néanmoins: «Qu'il s'agisse de Saint Jean-Baptiste ou non, c'est une question à laquelle nous ne pouvons pas répondre, et nous ne le pourrons probablement jamais».

Des chercheurs de l'université de Copenhague ont quant à eux reconstitué une partie du génome des trois os. Les séquences ADN obtenues montrent qu'ils appartenaient à un seul individu, probablement de sexe masculin, porteur de gènes caractéristiques du Proche-Orient, la région dont serait originaire Saint Jean-Baptiste.

Cette prudence n'est cependant pas partagée par tous. L'église Orthodoxe bulgare avait affirmée, peu après la découverte, que ces ossements étaient authentiques. Et pour cause: ils pourraient apporter une manne financière inespérée et non-négligeable pour la Bulgarie. En 2010, le ministre de Finances de l'époque comptait d'ailleurs doubler les dépenses liées au développement du tourisme religieux pour pouvoir « rendre cette histoire rentable »

S'il n'est pas certain que cette annonce augmente désormais le nombre de pèlerins à destination de la Bulgarie, il est néanmoins clair que le choix par les personnes souhaitant admirer les reliques de Saint Jean-Baptiste se complexifie. En effet, ils devront désormais choisir, outre la Bulgarie, entre l'Allemagne, l'Inde, la Turquie ou encore la France. Ces quatre derniers détiennent respectivement l'étoffe qui aurait été utilisée pour envelopper sa tête après sa décapitation (Aachen), une partie de sa main (Calcutta), son bras et sa tête (Istanbul), ainsi… qu'une autre tête (Amiens). Sans oublier la tête qui se trouverait à Damas, en Syrie. »

Toutefois, ces reliques ont un effet néfaste sur certains habitants de L’ile, comme l’a dénoncé le blog Neverojatno (blog bulgare) :

« Des miracles ont commencé à se produire dans notre pays à la suite de la découverte archéologique des antiques reliques de St. Jean le Baptiste. Des milliers de personnes ont alors cessé de payer leurs primes d'assurance maladie et le nombre des non-assurés a enflé jusqu'à atteindre le nombre impressionnant d'1,7 million. Les incroyants se sont remis à croire au pouvoir des saints et ont conclu que les chances de survie sont plus grandes si on prie devant une pile de vieux os que si on fait confiance à la science ou aux médecins de Bulgarie. Les Bulgares se sont aperçus que la foi dans le divin n'exige aucun sacrifice financier, seulement des prières, alors que la foi dans les hommes politiques s'achète par des impôts en échange de promesses multiples et souvent creuses »

Pour la science, parfois toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire comme dit le proverbe.

La datation permet d’appuyer l’opinion qui va à l’encontre de celui de l’Eglise : Grace à la datation, les scientifiques sont en mesure de préciser que la terre a évolué au cours de millions d’années et la biodiversité présente aussi, elle n’a pas été l’œuvre d’une semaine comme l’atteste l’Ancien Testament

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×